Mais ce qui me semble important, c'est que le comédien-clown soit à la fois autonome et à l'écoute du public. Dans le cas d'une représentation, il me semble essen tiel que le clown puisse percevoir les réactions du public et être atteint, que ces réactions puissent altérer son jeu afin que la représentation soit vivante.
Dans le cas d'une improvisation, que le clown puisse lire ces réactions comme autant de signes. Qu'il puisse, par cette écoute, appréhender l'histoire que le public voit défiler devant ses yeux. Il pourra ainsi jouer en conscience, avec ce qui se raconte.
 
     

Mettre un nez rouge pour faire rire